Une bonne méthode de stockage

30/12/2020

Une bonne méthode de stockage

Le séchage en grange

Le séchage en grange est une méthode de conservation du foin qui permet de conserver un maximum sa valeur alimentaire notamment son taux protéique (cela permet de limiter les apports de compléments alimentaires comme le tourteau). Pour pouvoir réaliser cette méthode il faut récolter un fourrage préalablement coupé pour être pré-fané, ensuite il est séché en grange par circulation d'air chaud. L'air chaud que nous utilisons est récupéré sous nos panneaux photovoltaïques, cette chaleur est dû au fonctionnement des panneaux et à la chaleur du soleil.

Il consiste à faire passer l’humidité de l’air de l’herbe pré-fanée et engrangée, à un taux de 85% de matière sèche minimum pour assurer sa conservation sans échauffement. L’air chaud et sec pulsé via un ventilateur situé à la base de la cellule, se répartit de façon homogène et circule de bas en haut à travers le tas de foin reposant sur un caillebotis en bois. L’air soufflé est souvent réchauffé grâce à un système de double toits (caisson en bois de récupération d’air chaud sous une toiture de panneaux photovoltaïques). L’air peut être réchauffé via d’autres systèmes tels que les chaudières à bois, les générateurs d’air chaud au fuel ou au gaz, les panneaux solaire... mais ces systèmes sont plus coûteux que l’énergie solaire. Le foin humide donnera, après 2-3 semaines de ventilation, un fourrage complètement sec. Il peut être conservé longtemps, est de très bonne qualité nutritive, appétant et ingéré en grande quantité sans gaspillage par les animaux. Les couches de foin s’empilent au fur et à mesure des récoltes, jusqu’à atteindre 6 à 7 mètres de hauteur. Les brins de foin ont une longueur idéale de 15 à 25 cm. La grange est le lieu de séchage du foin mais aussi sont lieu de stockage. Il peut ensuite être distribué directement à l’auge grâce à la griffe à fourrage.

La récolte : 

Au fur et à mesure des récoltes, les coupes de foins sont disposées dans le séchoir en couches successives de +/- 1 m de hauteur. S’il n’est pas nécessaire d’attendre que la première couche soit sèche pour en ajouter une nouvelle, il faut cependant veiller à ne pas dépasser les possibilités du séchoir. Cela demande donc une organisation de chantier adaptée. Il est parfois nécessaire de faucher des petites surfaces tous les jours pendant plusieurs jours. Pour manipuler ces volumes d’herbe humide afin de les disposer dans les cellules de séchage, et les décompacter en sortie de l’auto-chargeuse à l'aide d'une griffe à fourrage avec un bras télescopique qui sert à charger et distribué le foin.



Cette pratique s'adresse aux éleveurs soucieux de la qualité et demande une bonne technicité de la gestion de l’herbe. Le séchage en grange permet finalement d’optimiser la gestion et la productivité des prairies et d’éviter tous les gaspillages d’herbe et rendements, le tout en chantier individuel, permet de faire de petites fauches et offre une grande souplesse dans la gestion. D’une manière générale, cela demande beaucoup de technique mais permet un gain de temps, d'argents et surtout est beaucoup plus écologique (pas de plastiques...).  
Le foin est ensuite récupéré avec la griffe et réparti dans les cellules.


Une technique respectueuse de l'environnement :

Le séchage du foin est une technique qui n’engendre ni déchet, ni rejet polluant (suppression des jus et des odeurs dus à l’ensilage, élimination des plastiques, des ficelles, des pneus...). Tout cela contribue à donner une bonne image des fermes ainsi qu’une amélioration du paysage. Les surfaces en herbe sont maintenues d’où une utilisation modérée des intrants.


Pour en savoir plus sur l'alimentation de nos vaches et le séchage en grange : cliquez ici